Les maisons d’édition à compte d’auteur : une arnaque ?

Bonjour à tous,


Pour le premier article de mon nouveau blog, j’ai décidé de revenir sur un sujet, que j’avais évoqué il y a quelques mois sur ma page Facebook et en live sur Instagram. Je veux parler des maisons d’édition à compte d’auteur. Un autre article viendra plus tard, qui comparera tous les types d’édition que l’on peut avoir, mais pour le moment je tenais juste à anticiper un peu les choses.

Je suis auteur auto éditée depuis presque deux ans, mais avant j’avais franchi le cap de l’auto édition, qui m’avait à la fois séduite et effrayée, j’avais fait des démarches auprès de maisons d’édition pour éditer mon premier livre La Rose Bleue (pour plus d’informations je vous invite à consulter sa page sur mon blog). Depuis les quelques mois, où j’avais arpenté la voile à la recherche d’une ME, je suis tombée sur des arnaques. Je veux bien sûre des maisons d’édition à compte d’auteur.

Aujourd’hui m’étant informée sur leur sujet, je suis plus à même de les repérer en jetant un coup d’œil à leur site internet par exemple. Je vous donnerai d’ailleurs quelques astuces en fin d’articles, qui vous seront grandement utiles pour les dénicher. Car croyez-moi on est jamais trop informé sur ce sujet.

Faisant partie d’une dizaine de groupes Facebook de lecture d’écriture, il n’est pas rare je vois passer des posts où des auteurs demandaient telle maison d’édition était bonne à prendre ou non, ou encore des posts où ils s’exclamaient qu’une ME demande à ce que l’auteur mette la main à la patte.

Curieuse de savoir si ma communauté connait la différence entre une ME à compte d’éditeur et une ME à compte d’auteur, j’avais publié en Story Instagram un sondage. J’étais choquée de constater que 2/3 des répondants (une petite trentaine y avait répondu) ne savaient pas.

C’est un but préventif que j’avais décidé d’écrire cet article. Afin de mettre en garde les auteurs inconscients ainsi que les chroniqueurs. Une énorme partie de ce que je vais dire, provient d’articles de blogs que j’ai consultés par rapport à ce sujet, ainsi que de mon expérience personnelle. Petite parenthèse il faut savoir que du fait de mon opinion vis à vis de ces ME, je ne lis pas et ne lirai jamais de roman issues de ces ME. Avant de commencer, sacher que ce post risque d’être un peu long alors n’hésiter pas à prendre quelque chose à boire ou à manger avant de poursuivre votre lecture. Alors comme je le disais plus haut dans le monde de l’édition, on distingue très clairement deux types de ME, les ME à compte d’éditeur et les ME à compte d’auteur.

Mais qu’est-ce qui les différencie concrètement ?

C’est tout simple, les ME à compte d’auteur sont ce que j’appelle des pièges à fric. Lorsqu’une ME à compte d’auteur accepte d’éditer un livre, vous allez recevoir un contrat (quoi de plus normal, question juridique), et la très mauvaise surprise que vous allez découvrir en le parcourant c’est qu’on vous demande de payer.

Alors quand je dis, qu’il faudrait payer, ne vous attendez pas à des sommes insignifiantes mais plutôt à des énormes sommes qui avoisinent très facilement les 4 000 euros ! Oui ! Vous avez bien entendu (enfin plutôt lu) 4 000 euros pour éditer un livre ! Alors ok ça peut paraitre énorme, mais les ME sont très doués pour vous embobiner.

Elles font vous faire croire que vous allez très rapidement gagner de quoi rentabiliser cet énorme investissement que vous avez fait. Sauf que la réalité est tout autre. Vous ne retrouverez jamais cet argent, et ce n’est pas moi qui le dit, même si j’ai des connaissances dans l’édition et qui connaissent ces ME douteuses et m’ont mises en garde contre elles ; ce sont des témoignages d’auteur qui l’expliquent. Aussi si vous voyez dans un autre cas, que dans votre contrat on vous demande d’avance de l’argent afin de payer des exemplaires d’avance de votre livre, ne réfléchissez pas il s’agit d’une arnaque pure et simple ! J’ai lu une dizaine de témoignages et tous s’accordaient sur un même point : signer avec une ME à compte d’auteur avait été leur pire décision de toute leur vie. Mais pourquoi ces ME ont-elles une si mauvaise réputation ? Je vais vous l’expliquer. Comme je l’ai dis plus haut, ces ME vous demandent des sommes astronomiques pouvoir éditer leur livre, et elles serviraient soit disant à payer différents prestataires pour réaliser différentes tâches :

  • création des visuels (couverture papier et autre)
  • correction du livre
  • mise en page
  • promotion sur les réseaux sociaux

Sauf que la qualité est très loin d’être au rendez-vous. Déjà lorsque vous allez sur la boutique de n’importe quelle ME comme par exemple Milady (c’est la première qui m’est venue l’esprit, après c’est un peu normal c’est ma ME préférée), vous remarquerez que les couvertures des différents livres qu’elles vendent, ont une certaine harmonie représentative de la ME qui les publient. Et bien pour les ME à compte d’auteur, il y a zéro harmonie question couverture.

De plus, les manuscrits ne sont mal corrigés. J’ai déjà lu un extrait d’un livre d’une de ces ME dans lequel sur, je pense 5 pages, il y avait une dizaine de fautes. Alors certes, dans mes chroniques je ne souligne jamais le fait que je puisse trouver des fautes dans un livre, car en général je n’en trouve que 3 voir 5 grand max, ce qui est extrêmement raisonnable. Mais imaginer le nombre de fautes que vous pourriez retrouver si le livre faisait 300 pages et qu’il y avait 2 fautes par page, qu’est-ce que cela vous donnerait comme impression ? Moi déjà je serai choquée, et j’abandonnerai direct le livre, car je trouverai cela inadmissible qu’un tel brouillon soit mis en vente.

Mais le point sur lequel je voudrais surtout appuyer, que je trouve limite scandaleux, c’est la publicité. Alors pour faire vivre un livre qu’il soit édité ou auto-édité il est important d’en parler sur les réseaux sociaux, sur des groupes de lecture, ou encore des blogs vis à le soutien des blogueurs. Sauf que là dans ce cas précis, la publicité à mon avis n’existe quasiment pas pour ces romans issus de ME à compte d’auteur. Alors que c’est essentiel afin de faire exister un livre, sauf que vous ne verrez quasiment jamais une ME de ce genre poster quelque chose en rapport avec un des livres qu’elles éditent. Vous ne trouvez pas ça scandaleux ? En clair, vous payez des sommes énormes pour éditer votre livre, pour au final vous retrouvez avec un déficit sur votre compte bancaire, qui ne sera jamais compensé par vos droits d’auteur récoltés dessus.

Voilà je pense que j’ai à peu près tout dit, maintenant place à quelques conseils pour réussir à les débusquer.

Tout d’abord si vous voyez sur leur site internet, qu’ils vous garantissent à un retour de votre manuscrit sous 2 à 4 semaines (ce sont généralement ses délais que l’on retrouve dessus), alors fuyez absolument ! Une véritable ME ne pourra jamais vous faire un retour dans un délai aussi court, c’est impossible.

Une ME reçoit énormément de manuscrit chaque mois, c’est impossible qu’un comité de lecture puisse donner un retour définitif sur un livre en aussi peu de temps. Étudier un manuscrit demande beaucoup de temps. Il faut généralement compter au moins 6 mois pour avoir une réponse définitive d’une ME de confiance, voir beaucoup plus (pour ma part j’avais envoyé mon livre auto édité à une très jeune ME, avec qui j’ai actuellement un partenariat presse, et j’ai dû attendre 8 mois avant d’avoir une réponse définitive).


Par ailleurs, contrairement aux ME à compte d’éditeur, ces ME-là font tout sur leur site pour vous inciter à soumettre votre manuscrit. C’est à dire qu’ils le mettent parfois en gros sur leur page d’accueil. Une vraie ME ne ferait jamais ça ! Elle aurait plutôt tendance à mettre le formulaire de soumission sur une autre page en complément de d’autres informations (par exemple sur la page contact). Cependant si vous acceptez tout de même de soumettre votre manuscrit à une de ces ME, sachez que généralement on vous dira juste que votre livre a été accepté, vous n’aurez pas à côté un compte rendu rédigé par le comité de lecture (je le sais d’expérience pour avoir contacter accidentellement en Aout 2017 à des ME de ce genre, l’une d’elles m’avait envoyé un mail pour me dire que mon livre avait été accepté, je lui avais demandé s’il était possible de m’envoyer le retour du comité, et on m’a répondu que le comité de lecture ne faisait pas gage de critique, euh what ! Un comité de lecture pour juger de l’intérêt d’un livre se doit de le critiquer, et c’est ce que je fais en quelque sorte lorsque je chronique des livres. J’ai re demandé et je n’ai jamais eu de réponse. Alors que pour la ME dont je parlais plus haut, qui est vraiment à compte d’éditeur, j’ai reçu un mail me disant que mon manuscrit avait été retenu, avec en pièce jointe un compte rendu détaillé du comité de lecture par rapport à mon livre)

Voilà après si vous avez des doutes sur des ME que vous souhaitez contacter soit pour éditer un livre, soit pour nouer un partenariat presse, vous pouvez retrouver très facilement sur de nombreux blogs des listes plus ou moins complètes de maisons d’édition à éviter, ou dans le cas où si vous êtes auteur, vous pouvez tenter l’expérience, et si vous voyez qu’on vous demande de payer quelque chose alors fuyez absolument !!! Bon je pense que j’ai tout dit. Après libre à vous de me croire, mais si vous doutez de ma parole vous pouvez lire cet article qui résume ce que j’ai dit, et ajoute même quelques détails sur elles. Par ailleurs si vous désirez consulter une liste plus ou moins complète de ME à éviter je peux vous proposer ce site, qui en propose une qui est à mon sens est assez complète. Et surtout faites très attention, il y a des ME qui se font passer pour des ME à compte d’éditeur, mais qui sont en réalité des ME à compte d’auteur déguisés (éditions du Lys Bleu, Édition Spinelle par exemple). Si vous avez le moindre doute faites des recherches au préalable avant d’accepter de signer un contrat, demander l’avis de votre entourage, et demander même pourquoi pas à un avocat de jeter un coup d’oeil à votre contrat. Certes cela prendra du temps, mais il vaut mieux en perdre, plutôt que de perdre de l’argent. Comme on le dit si bien, c’est un mal pour un bien.


Voilà je pense que c’est tout. Si vous avez des questions n’hésiter pas à revenir vers moi. Je vous laisse méditer là dessus. Et dernière petite chose soyez prudent !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :